À la Une

Amour d’adolescence

Bonjour chers lecteurs, j’espère que vous vous portez bien!

Pour ma première rédaction je voudrai parler de l’amour d’adolescence: on a tous vécu ce genre d’amour, celui qui nous consume de l’intérieur, celui qui nous fait rêver, qui nous donne des papillons dans le ventre et pour la plupart d’entre nous malheureusement ça ne s’est pas fini comme on voulait, on aurait bien voulu avoir tous notre fin  heureuse comme dans cendrillon mais la vie ne nous l’a pas accordée. Donc aujourd’hui voilà, je suis là entrain d’écrire et je me demande si cet amour, bon je parle de moi là, je me demande si c’était vraiment de l’amour; si ce n’était pas juste lui qui voulait quelqu’un et moi qui voulais à tout prix le comprendre parce que mon amoureux était vraiment mystérieux et j’aime « le mystérieux » et je me suis tellement impliquée dans cela que au final ça me détruit maintenant je pense, ça me rend malade de savoir que je serai toujours là à m’inquiéter et les gens qui ne comprennent pas ça c’est le pire. Quand tes propres amies n’arrivent à comprendre l’intensité de l’amour que tu as pour une personne qui ne fait plus partie de ta vie et qu’au final tu ne sais pas comment expliquer et tu te demandes si tu es normal ou si tu as des problèmes d’affection LOL. Je ne sais pas si c’est déjà arrivé à quelqu’un ici et que la personne se pose aussi des questions comme moi, je voudrai juste te dire que tu es normal et que rien n’est de ta faute et comme tout tunnel, il ya toujours une fin et une lumière alors ta lumière viendra aussi.

L’amour a toujours son dernier rendez-vous
Publicités

Je suis une femme

Je suis une femme
Je suis une femme noire dans toute sa splendeur;
Je suis une femme de couleur qui parle fort;
Je suis une femme aux grosses lèvres dîtes pulpeuses;
Je suis une femme aux lettres, mais jamais je n’en ai écrit à mon père;
Je suis une femme aux principes mais certains vous diront que cela fait fuir les hommes;
Je suis une femme avec des rondeurs, regarde mes cuisses, elles sont magiques;
Je suis une femme aux sourires larges et au coeur grand;
Non je ne suis pas froide, j’ai juste un regard perçant;
Je suis une femme dite intimidante mais pourtant je voudrai juste réchauffer le monde avec mes yeux;
Je suis une femme forte qui oublie son côté sensible, une femme qui ne rêve pas du prince charmant mais sait qu’elle aura un roi charmé par elle, je suis une femme dans toute sa grandeur et sa simplicité…
Je suis une femme mais avant tout je suis humain.
-Ma Plume
Voice 002

Le viol n’a jamais été ce que j’ai voulu ni pour elle ni pour moi

Très chères femmes,
Je voudrai qu’on parle d’un sujet assez sensible qui est le viol, et toutes les autres formes d’abus. Souvent quand on parle du viol, on ne s’imagine pas toujours être dans cette situation ou encore moins que l’une de celle qu’on appelle « sœur » puisse être dans cette situation ; mais plutôt lorsque on parle de cela, la première image qui nous vient en tête ce sont toutes ces femmes à l’Est du Congo, ou sur des autres territoires de guerre ou encore cette fille qui n’a pas eu trop de chance en tombant sur un inconnu diabolique ; mais il faudrait que ces idées préconçues changent, mes chères sœurs, parce que ces cas-là sont une minorité de ce qui se passe réellement.
Oui ! Je l’ai dit, UNE MINORITE ! Et vous savez pourquoi ? Parce que sur 10 victimes, 2 seulement sont violés par des inconnus ou sur des champs de guerre et 8 sont violées par les gens qu’elles connaissent et fréquentent ; ces mêmes personnes en qui elles ont confiance. Oui, je sais que c’est fou et pourtant c’est une triste réalité : sur dix 10 femmes violées, 8 sont violées par un ami avec qui elle rigolait, par ce collègue qui avait l’habitude de la raccompagner chaque soir après le travail, ce maître-nageur en qui elle avait confiance et j’en passe… Et c’est la partie la plus moche de cette horrible histoire, parce que après cela, après avoir subi cela tout ce qui te vient en tête c’est comment tu aurais pu éviter cela et on se demande ce qu’on a bien pu faire pour causer cela, on se dit : Sûrement j’ai fait quelque chose ou dit quelque chose pour provoquer cela, ou encore sûrement c’est mon habillement… Tu essaie de comprendre parce que tu n’arrives pas à croire que cette personne en qui tu avais confiance ait pu te briser à ce point mais ÉCOUTEZ-MOI chères dames, rien de tout ce qui est arrivé n’est de ta faute ! Ton habillement n’a rien avoir avec ce qui s’est passé, ton langage était bon et tes gestes modérés ce n’est pas de ta faute si cet homme est horrible. N’oubliez jamais que peu importe ce que cet homme horrible a bien pu faire ou dire, rien de ces propos ou actes ne changent ta nature : tu es belle et forte ; et cela peu importe ce qu’on a bien pu te faire. Ces actes ne disent rien sur toi mais disent tout sur lui. Ne l’oublions jamais.
Et non je ne dis pas qu’on doit se méfier de tout le monde mais plutôt, d’être consciente que cela ne vient pas toujours de l’extérieur !
La connaissance est un pas de plus vers la fin du viol.

Le respect sur les réseaux sociaux

Il y’a cet homme dont je lis souvent les postes qui parlent des femmes d’une façon tellement méprisante, et une fois je lui ai écrit à propos de ça et il m’a donnée des tonnes de raisons et au final il a dit qu’il respectait les femmes et comme preuve il travaille même pour des femmes ! Et j’ai laissé passé, parce que d’après moi il s’echauffait un peu trop et ça allait mal finir si j’avais continué… Mais dernièrement il a écrit un autre post toujours aussi méprisant sur les femmes et comme toujours il a mis ça sur la blague mais je vais dire quelque chose : rabaisser quelqu’un même en blaguant c’est toujours rabaisser, le sexisme reste le sexisme même sous forme d’une blague ! Apprenons à respecter le sexe opposé, respecter la religion des autres, ect. même quand on veut blaguer ! On ne rit pas de tout avec tout le monde et surtout pas n’importe où ! Le respect est essentiel surtout quand tes posts sont lus par plusieurs gens.

Je t’ai voulu (Lettre à mon partenaire de vie)

J’ai lu un truc il y’a quelques jours, c’était de notre belle Andréa Moloto (miss Congo); pour la petite histoire vite fait c’était quelque chose qu’elle avait écrit quand elle était petite et c’était une lettre à son futur mari et j’ai adapté ça à moi alors voilà :
A 5 ans je t’ai voulu prince charmant
Etre ta princesse aurait été mon privilège ;
A 10 ans je t’ai voulu Chris Brown
Je serai ton plus grand fan criant et t’accompagnant lors de tes tournées ;
A 15 ans je t’ai voulu être ce garçon de ma classe qui se mettait au troisième banc
Regarder dans tes yeux aurait été mon plus beau voyage ;
A 18 ans je t’ai voulu ce même garçon aux quatre yeux
Mon voyage se passait dans tes yeux, puis ton sourire s’est rajouté me conduisant dans les étoiles ;
A 20 ans je t’ai voulu homme de droit
T’accompagner lors de tes nombreux procès judiciaires ;
Et maintenant à quelques jours de mes 22 ans, je ne veux que la simplicité et pas de complications :
Pour te dire vrai, le prince charmant est trop macho pour moi et j’ai déjà une couronne et un royaume sans lui ; Chris Brown est trop extravagant et est le contraire de mes principes ; le garçon de ma classe aux quatre yeux n’était pas mien ; l’homme de droit est menteur ; voilà pourquoi je ne demande que la simplicité, je te veux toi qui comprendra mon combat de féministe, toi qui ne me trouvera pas difficile et surtout qui sera à genoux à mes côtés aux pieds du Père…

Self acceptance

You are beautiful
But sometimes you feel totally the contrary
Not that the ugliness in you may surface
Just that the idea of beauty doesn’t make it any easier.
The standards
The obligations
The always tryna fit in
The not so you kind of person

You are just scared
Scared of showing the real
Scared that the idea of you might just change
Scared of being rejected
Scared that loneliness may be your new bestie

You just feel naked.
Naked,the naked true you.
Ashamed,That the real “you” might surface and never fade away.

You are not to blame.
The society has turned us into “ideas”, “depictions of selves”, that the idea of real looks dark, and awful.

The realest peeps out there are fake,
Yeah, just fake
The fake happy
The fake amazing
The fake beautiful
Truth is the “you” you never let others to see is the purest form of happy , amazing and beauty.

Written by Bénédicte A-Mutshail

Black panther

J’ai jamais fait des commentaires sur ce film, et aujourd’hui je voudrai donner mon avis : je me range du côté de l’opinion publique bien sûr ! Comment dire que ce film est un échec ? À mon avis ce film est une réussite pour plusieurs raisons : l’accent typiquement africain qui très bien joué, on croirait même que toute leur vie ils parlent comme ça, le fait que l’acteur principal et héro est noir, n’oublions pas la beauté ce dernier; il est l’exemple parfait de la beauté des hommes noirs, le fait que le pays qu’on nous montre est un pays puissant et indépendant mais ce qui me plait le plus ce sont les femmes ! Elles sont tellement fortes, leurs forces ne vient pas du fait qu’elles sont énervées, ou parce qu’elles ont été trompées ou maltraitées mais la force est leurs natures ! Et c’est cela qui fait toute la beauté du film à mon avis et je ne parle pas que de force physique mais aussi de leurs forces de caractère.